Les USA s'allient à Daesh pour battre la Russie en Syrie

mardi 28 janvier 28467 Partages

Les USA s'allient à Daesh pour battre la Russie en Syrie

Les Etats-Unis ont déclaré la guerre à la Russie sur le sol Syrien et s'allient à Daesh pour la combattre. Obama a autorisé la Turquie et l'Arabie Saoudite à fournir des armes à l'armée rebelle, infiltrée par Daesh. C'est ce qui ressort de la réunion de l'ONU dans laquelle le rôle de la CIA dans la coordination des opérations a été reconnue.

Les Russes ont l'autorisation de la Syrie pour envoyer l'armée sur son sol, or les américains n'ont l'autorisation d'aucun des deux pays pour se mêler du conflit. Ce qui pose un problème de droit international.

Pour combattre l'armée régulière de Bachar, les américains n'ont d'autres choix que de s'allier avec les rebelles, qui sont gangrénés par les soldats de l'Etat Islamique. Ce qui revient à dire que l'armée américaine s'allie et arme Daesh.

La zone de combat se situe à un endroit stratégique de la planète, puisqu'il s'agit d'un point de d'acheminement du pétrole et du gaz. Les saoudiens ont donc tout intérêt à se mêler au conflit avec les Turcs, afin de prendre le contrôle de cette zone. Le plan de l'Arabie Saoudite étant d'acheminer l'or noir par son sol, afin d'accéder à la mer par la Turquie, et non plus par la Syrie.

Si leur plan arrive à son terme, l'Europe y trouvera également son compte, puisque la Turquie en passe d'entrer dans l'Union, constituerai un pont entre elle et le moyen orient dans l'acheminement du pétrole. Des milliards de dollars à la clé pour l'Union Européenne. Ce qui pose la question suivante:
Avec de tels enjeux, quels pays européens comptent entrer dans le conflit pour soutenir les l'alliance?

La france a déjà envoyé des chasseurs et des portes avions mais pas de troupes au sol, et ce, dès le début du conflit. A ce moment, la France se battait aux cotés des rebelles, jusqu'à ce qu'elle se rende compte (avec l'aide de l'opinion) qu'elle soutenait du même coup, l'Etat Islamique.
Revirement de situation, la France a donc soudainement changé de côté, pour combattre sur deux fronts: contre l'armée régulière de Bachar d'un côté, et contre les rebelles gangrénés par Daesh de l'autre.

A présent, pour battre les Russes et Bachar, les Américains sont prêts à tout, y compris à commettre la même erreur que la France: s'allier aux rebelles infiltrés par Daesh.

Ce qui n'était au départ qu'un sauvetage de la démocratie syrienne, se dévoile comme un énième conflit pétrolier, sur fond de guerre froide inachevée.